TÉMOIGNAGE : Pétage de barrières et bikini!

10 Juil 2017 | Positivité corporelle, Témoignages, Troubles alimentaires | 14 commentaires

Aujourd’hui, j’ai décidé que j’allais commencer à vous partager dans mes articles des témoignages de guérison et/ou prises de conscience.

J’en reçois quasiment tous les jours et je pense que ça peut être inspirant d’entendre les histoires de personnes qui étaient, il y a quelques années voire quelques mois, dans l’obsession alimentaire et corporelle.

Des personnes qui étaient malheureuses.

Des personnes qui ont décidé d’abandonner leur objectif minceur et leur obsession du « manger sain » au profit de leur santé mentale, et qui, par la même occasion, ont vu leur santé et leur vie s’améliorer, et qui sont désormais bien plus heureuses.

La première personne que j’ai décidé de vous présenter aujourd’hui est Alicia et a rejoint mon programme de guérison il y a quelques mois maintenant.

Je suis tout de suite rentrée en connexion avec elle et je savais que notre relation dépasserait la simple relation coach-cliente.

Je ne vais pas aujourd’hui reprendre son histoire depuis le début mais plutôt vous partager un passage d’une de ses dernières prises de conscience qui m’a fortement rappellé le moment où je me suis réellement mise en maillot « pour la première fois », il y a quelques années. Je m’en souviens comme si c’était hier !

Moment très flippant mais aussi très libérateur !

Son message confirme une chose dont je vous ai déjà parlé ici : désabonnez vous de (presque) tous les réseaux sociaux qui parlent de nourriutre, de fitness et d’apparence corporelle, arrêtez de suivre des personnes qui exposent quotidiennement leur « shape » et arrêtez d’exposer la vôtre, sauf si c’est pour vous montrer telle que vous êtes et pour assumer vos défauts !

Je pense que c’est une des étapes les plus importantes, si ce n’est LA plus importante, pour réussir à pratiquer « l’acceptation corporelle ».

Et n’oubliez pas que l’acception est comme un muscle à travailler au quotidien ! Moins vous la pratiquez, moins elle sera développée. Donc, si cela peut vous aider, faites votre coming-out et mettez vous toute nue devant votre compagnon la lumière allumée !

Voici un extrait de son message :

« Aujourd’hui j’ai fait un grand pas : je me suis mise en maillot de bain et je suis allée à la piscine (bon ce n’est peut être pas ouf pour toi mais pour moi oui !)

Je t’avoue que, même si j’accepte mon corps et que je ne cherche plus à me restreindre, l’aimer est plus compliqué.

J’ai chialé un bon coup, limite en me roulant par terre, et j’ai supplié ma soeur de ne pas me forcer : « non je ne veux pas y aller ! » … et, finalement, j’ai fini par me bouger !

Franchement, ça m’a fait tout drôle de revoir des gens en maillot de bain. Limite j’étais gênée au départ. Puis l’épreuve ultime est arrivée :  poser sa serviette, et marcher à l’eau quasi cul-nu…

Quelle épreuve !

Franchement c’est une drôle de sensation. J’avais l’impression d’être à poil…

Je me suis aussi vu dans la glace, et, même si je n’ai pas forcément apprécié ce que j’ai vu… et bien j’ai réussi à ne pas en faire tout un fromage. J’ai continué ma vie, dans l’eau, à m’amuser, sans trop penser à mon corps.

 

 

D’ailleurs il y avait beaucoup de filles plus rondes que je trouvais sublimes.

En fait, je me dis que c’est sûrement possible que l’on me trouve jolie et que, même si j’ai des formes (excepté dans les nichons !), je peux potentiellement être attirante aux yeux de quelqu’un d’autre….

Parfois ça me rend folle de me dire qu’il y a un an j’avais un corps « fit » et que je n’osais pas me mettre en maillot. J’avais mon « body goal » et je ne m’en rendais même pas compte. Je me trouvais encore énorme (bon si j’avais su où tout ça m’aurait mené – boulimie, restriction, dépression, isolement, échec scolaire… j’aurais peut-être fait les choses différemment. Mais bon « ce qui est fait est fait »).

Le fait de voir toute cette diversité corporelle m’a fait beaucoup de bien.

En réalité, aller à la piscine c’est plutôt une bonne idée pour remettre « les choses en place ». Quand on souffre d’un TCA, on s’isole tellement, on pense tellement être la personne la plus grosse de la terre… Que l’on finit par penser et croire que TOUTES les femmes sont minces, musclées, et fit.

Etant donné que l’on ne sort plus de chez nous, la seule entrée que l’on a du monde extérieur c’est à travers la télé, les magazines, les réseaux sociaux… et, au final, on croit que la norme c’est ce que l’on nous montre… mais on ne sort même pas pour le vérifier.

 

Et là : il y avait de tout : des femmes fortes, des plus minces, des sportives, des plus rondes, des « maigrelettes », avec des hanches, des fesses, pas de nichons, ou avec d’énormes nichons.

J’avais juste l’impression de découvrir une autre réalité : tous les corps sont différents et ont leurs propres particularités. Ça peut te paraître idiot, mais j’étais un peu choquée de voir tout ça.

Et le fait de me fondre dans cette masse et de voir autre chose que ce que l’on voit sur les photos des magazines et réseaux sociaux, et bien c’est quand même rassurant : « Ah ok, en fait tout va bien, mon corps est normal.« 

Même si j’ai arrêté de suivre les comptes qui me complexaient, j’avais toujours à l’esprit l’idée que la majorité des femmes sur cette terre faisaient du sport, mangeaient bien, et que j’étais la plus grosse dinde qu’il puisse exister. Mais en fait non.

Bref tout ce message pour te dire que j’ai explosé une sacrée barrière. Et, surtout, je n’en suis pas morte ! J’avais besoin de partager ma joie avec toi ! »

Et vous, quelle est la chose que vous vous empechiez de faire par rapport à votre corps et que vous avez quand même résussi à faire ? Quelle barrière avez-vous fait péter récemment ?

Vous voulez normaliser vos comportements alimentaires ?

TÉLÉCHARGEZ MON EBOOK OFFERT !

Découvrez les 3 étapes INDISPENSABLES pour normaliser vos comportements alimentaires...

Pin It on Pinterest