La VRAIE cause de la fatigue surrénalienne

6 Jan 2017 | Fatigue surrénalienne, Hypothyroïdie, Santé/Nutrition | 7 commentaires

Nous subissons tous quotidiennement différentes formes de « stress ». Mais, quand ce stress devient chronique ou prolongé, cela devient un problème bien plus sérieux pour notre corps car il peut fatiguer les glandes surrénales et altérer leur fonctionnement.

Des surrénales stressées peuvent manifester différents symptômes comme une sensation de fatigue connue sous le nom de « fatigue surrénalienne ».

Quasiment tous les clients avec lesquels je travaille présentent une certaine forme de fatigue surrénalienne mais, d’après moi, il ne s’agit pas de cette « fatigue surrénalienne » dont tout le monde parle en ce moment.

Souffrez-vous VRAIMENT de fatigue surrénalienne ou s’agit-il de quelque chose de beaucoup plus simple ?

Certains symptômes de la fatigue surrénalienne sont:

 

  • Tendance à être une « personne du soir » ;
  • Difficultés à s’endormir ;
  • Difficultés à démarrer le matin ;
  • Tendance à être préoccupé/énervé, et avoir du mal à se calmer ;
  • Tendance à avoir besoin de lunettes de soleil ;
  • Sensation de fatigue chronique ou de somnolences régulières ;
  • Fringales salées ou avoir envie de rajouter du sel dans ses plats.

Cependant, ces symptômes de « fatigue surrénalienne » sont très semblables à ceux provoqués par UN APPORT ALIMENTAIRE INSUFFISANT

vous voyez le rapport ?

À chaque fois que vous ne remplissez pas vos besoins corporels en énergie avec suffisamment de carburant, vous stressez vos surrénales, car elles doivent prendre le relais en produisant du cortisol et de l’adrénaline pour compenser le manque d’énergie que subit votre corps.

Ce qui signifie que n’importe quel manque calorique ou n’importe quel déni nutritionnel devra être compensé par vos surrénales qui vont produire des hormones du stress pour vous aider à tenir toute la journée.

Généralement, plus les surrénales sont dysfonctionnelles, plus le stress qu’elles ont subi a été long.

De plus, quand vous ne nourrissez pas suffisamment votre corps, il utilise le glycogène (réserves de sucre du foie) comme source d’énergie. Et, une fois que vos réserves de glycogène sont épuisées, la dégradation des tissus commence (dégradation des protéines et de la graisse comme source d’énergie pour faire du glucose). Selon le Dr Ray Peat, ce processus de catabolisme musculaire libère des acides aminés (tels que la cystéine, la méthionine et le tryptophane) qui sont 3 acides aminés anti-métaboliques et anti-thyroïdiens.

« Le stress, en plus de supprimer la TSH, supprime le fonctionnement thyroïdien. Le cortisol, par exemple, inhibe la conversion des T4 en T3 qui sont responsables de la production respiratoire d’énergie et de dioxyde de carbone.

L’adrénaline, en plus d’augmenter la production de cortisol, est lipolytique, ce qui provoque la libèration des acides gras, et, s’ils sont polyinsaturés (si la personne mange beaucoup de graisses végétales et d’acides gras « essentiels »), inhiberont la production et le transport des hormones thyroïdiennes, et interfèreront aussi directement avec le fonctionnement respiratoire des mitochondries.

L’adrénaline diminue la conversion des T4 en T3, et augmente la formation des reverse T3 antagonistes (Nauman, et al., 1980, 1984). »

Ray Peat

Si vous vous portez bien ainsi, tant mieux. Mais, si vous expérimentez un stress physiologique de manière chronique, votre métabolisme énergétique diminuera, votre respiration cellulaire se dégradera, vos enzymes et vos capacités digestives et hépatiques s’affaibliront, ce qui vous donnera l’impression que manger MOINS (voire jeûner) est LA solution, ce qui diminuera davantage votre taux métabolique, et, à terme, vous serez incapable de continuer à fonctionner grâce aux hormones du stress.

« La thyroïde est nécessaire au bon fonctionnement des surrénales, ainsi que suffisamment de cholestérol, en guise de matière première pour la fabrication des différentes hormones stéroïdiennes.

On entend couramment parler de « faiblesse surrénalienne » mais le cortex surrénalien se régénère très bien. Les expérimentations animales montrent que les tissus surrénaliens produisant les stéroïdes se régénèrent très vite chez les animaux à qui on a vidé la médullosurrénale.

Je pense donc que les personnes dont les surrénales sont « fatiguées » ont simplement un fonctionnement thyroïdien sous-optimal, ou manquent de cholestérol et/ou de nutriments et de calories. »

Ray Peat

Vous voyez, quand vous mangez des repas suffisamment denses en énergie et en nutriments, vos surrénales n’ont pas besoin de travailler dure pour compenser le manque. Elles peuvent donc faire le job qu’elles sont censées faire dans les moments de stress aigus : produire de l’énergie durant les moments menaçants. Vos surrénales ne sont PAS censées supporter le stress CHRONIQUE qui a lieu jour après jour quand vous ne remplissez pas les demandes de votre corps (en calories et/ou en nutriments).

Conclusion

Considérez que, si vous suivez un régime particulier (même si c’est le régime « Paléo »), si vous limitez vos calories ou vos glucides, si vous vous gavez d’aliments qui diminuent votre appétit (comme ceux que vous ne digérez pas bien), si vous ne gérez pas correctement votre glycémie, ou si vous faites trop de sport, ce sont tous des facteurs pouvant expliquer votre impression d’avoir des surrénales « fatiguées ».

Même si la « fatigue surrénalienne » existe, je pense qu’il serait préférable de l’appeler par ce qu’elle est vraiment : le résultat d’une société obsédée par les régimes, la restriction calorique ou glucidique, les jeûnes, les cures détox, et les repas insuffisants en calories.

Donc si vous voulez vous débarrasser de votre « fatigue surrénalienne » sans avoir à mettre en place des protocoles extrêmes et à prendre des suppléments coûteux et inefficaces, commencez par remplir vos besoins énergétiques et nutritionnels ! Même si le corps sait gérer un apport insuffisant de nourriture, cela ne veut pas dire que c’est optimal pour l’être humain. Nous ne sommes pas faits pour manger peu ou « le moins possible ».

Parlez-moi de votre expérience ! Avez-vous souffert de fatigue surrénalienne et, si oui, limitiez-vous vos calories ou vos glucides ?

Références

Peat, Ray. Tryptophan, serotonin, and aging. 2006. Retrieved on August 21, 2014 from http://raypeat.com/articles/aging/tryptophan-serotonin-aging.shtml

Weatherby, Dicken. “Liver and Gallbladder.” Signs and Symptoms Analysis from a Functional Perspective. Nutritional Therapy Association, 2004. Print.

Vous voulez normaliser vos comportements alimentaires ?

Vous voulez savoir comment optimiser votre métabolisme ?

Vous voulez savoir comment optimiser votre métabolisme ?

TÉLÉCHARGEZ MON EBOOK OFFERT !

Découvrez les 3 étapes INDISPENSABLES pour normaliser vos comportements alimentaires...

Pin It on Pinterest