Prise de poids rapide après un TCA, un régime ou une restriction

10 Déc 2016 | Problèmes de poids, Troubles alimentaires | 27 commentaires

Il peut être très effrayant de se mettre à manger plus après un trouble alimentaire ou un régime, d’un point de vue psychologique mais aussi d’un point de vue physique.

J’ai moi-même expérimenté une certaine panique lorsque j’ai arrêté de limiter mes apports et que je me suis mise à retenir massivement de l’eau et à prendre du poids, principalement autour de la taille. J’avais un ventre de femme enceinte, des jambes et des bras très gonflés, et un visage tout bouffi.

Etre informée de ce qu’il va se passer lorsque que l’on arrête de se restreindre et comprendre pourquoi cela se produit peut vous permettre d’aborder les choses de manière plus calme.

Pourquoi prenez-vous rapidement du poids ?

La plupart du temps, lorsque nous arrêtons de chercher à contrôler ce que l’on mange, nous prenons du poids rapidement et de manière inégale.

Cette prise de poids et ces gonflements sont dus principalement à trois choses :

  • Rétention d’eau et œdèmes pour reconstituer les tissus sains
  • Rétention d’eau pour réhydrater les tissus et reconstituer les stocks de glycogène
  • Dépassement temporaire du poids set-point pour réveiller le métabolisme et retourner dans un état d’homéostasie

⇒ Rétention d’eau et œdèmes pour reconstituer les tissus sains

 

Votre corps est une machine très intelligente, il fait tout son possible pour vous garder dans un état d’homéostasie.

Lorsque vous vous cassez le poignet, tous les tissus qui sont autour se mettent à gonfler, signe que le corps à mis en place son processus de réparation.

Après un trouble alimentaire ou une période de famine dans laquelle la nourriture a été rare, le corps a BESOIN de cette rétention intracellulaire et extracellulaire de fluides ; c’est grâce à elle qu’il va pouvoir traiter les cellules endommagées et transporter les nutriments qui apporteront suffisamment d’énergie pour le développement de nouvelles cellules.

Quand vous vous sous-alimenter, votre BMR (taux métabolique de base, la quantité de calories que vous brûlez simplement pour rester en vie) diminue. Un cœur qui bat, des menstruations régulières, une ossature qui se construit, des émonctoires qui fonctionnent, des cheveux qui poussent, le maintien d’une bonne température corporelle, tout ça demande de l’énergie.

Lors d’une restriction alimentaire, le corps se met à utiliser le peu d’énergie qu’il reçoit plus doucement, pour en conserver un maximum, mais, ayant besoin d’un apport constant d’énergie, il se met aussi à « manger » ses propres cellules (catabolisme cellulaire). Os, tissus, organes, tendons, muscles…vous ne perdez pas seulement de la graisse, votre corps tout entier s’allège.

Quand vous reprenez du poids lors du processus de re-nutrition, vous regagnez également ces choses-là.

La rétention d’eau et les gonflements sont ici un signe de GUÉRISON, de RÉPARATION et de RÉGÉNÉRATION.

⇒ Rétention d’eau pour réhydrater les tissus et reconstituer les stocks de glycogène

Les régimes, les jeûnes, les « détox », le surentraînement, la sur-dilution des fluides lorsque l’on consomme des litres et des litres d’eau, la suppression des glucides, le manque de sel, la prise de diurétiques, de draineurs, de laxatifs de purgatifs (naturels ou artificiels), tous dérèglent les niveaux  en électrolytes.

Et donc, dès que vous vous mettez à manger un peu plus de calories, un peu plus de glucides, un peu plus de sel, votre corps se met à retenir davantage de sodium, de magnésium, de potassium et d’énergie, pour essayer de se réparer et se réhydrater.

De même, si vos stocks de glycogène (glucose) ont été insuffisants pendant une longue période, votre corps va vouloir reconstituer ses stocks, et, comme il faut 3gr d’eau pour retenir 1gr de glycogène, vous allez retenir de l’eau.

Ce qui explique que les bodybuilders peuvent prendre 4 à 6 kg (d’eau) en une nuit après un « cheat-meal », après plusieurs semaines de diète.

⇒ Dépassement temporaire du poids set-point pour retourner à un état d’homéostasie

Après une période de restriction alimentaire, prendre rapidement du poids (particulièrement autour de la partie médiane du corps), est appréciée car c’est une des zones de stockage les plus importantes pour guérir les dommages causés par la sous-nutrition. Cette isolation des organes vitaux se trouvant autour de la taille est nécessaire et saine, et va permettre au corps de retourner à un état d’homéostasie.

La graisse corporelle, particulièrement chez la femme, est un organe produisant des hormones vitales.

Votre corps ne fait pas ça pour compromettre vos plans (il ne lit pas Vogue ou Glamour) ou parce qu’il est démoniaque mais parce qu’il en a BESOIN. Le corps humain est une machine incroyablement intelligente. Faites-lui confiance.

Votre corps pense aussi que vous allez à nouveau l’affamer et fait donc des réserves pour se protéger, autour des organes les plus importants, des organes vitaux, en guise d’isolation.

Pas toutes les femmes ne dépassent leur poids optimal durant le processus de guérison post-restriction mais nous avons des évidences scientifiques prouvant qu’un dépassement temporaire est souvent nécessaire au rétablissement du corps.

Donc que faire ?

Vous devez vous assurer de manger suffisamment chaque jour, peu importe ce que votre TCA vous dit.

Si vous ressentez une sorte de faim extrême et que vous avez envie de beaucoup manger, ce n’est pas parce que vous êtes une mangeuse « émotionnelle » ou que vous êtes boulimique, mais parce que votre corps fait tout ce qu’il peut pour regagner l’énergie dont il a désespérément besoin, pour compenser la dette calorique que vous lui avez imposée.

 

Bonne nouvelle : quand vous serez guérie et que votre corps sera sorti de son mode « famine », sortir avec des amis, voyager, s’amuser, vous paraîtra bien plus attirant que de faire les courses, que de cuisiner ou que de rester à la maison à regarder Top Chef ou des recettes sur Marmiton.org.

Vous fantasmerez sur les hommes et non sur les fondants au chocolat.

Vous lirez des romans, pas des livres de cuisine.

Vous évaluerez votre vie et l’estime que vous avez de vous-même dans les évènements sociaux, l’amour, les sourires, le partage, et non dans les calories, votre taux de masse graisse ou votre masse musculaire.

Si ce n’est pas le cas, vous n’êtes pas guérie.

Conclusion

Tout système vivant, pour guérir et se réparer, expérimentera de la douleur, des gonflements, des œdèmes, des démangeaisons, de la fatigue et du chao.

La première priorité de votre corps sera de stocker de la graisse pour protéger vos organes internes, pour vous garder au chaud et pour avoir quelque chose à manger la prochaine fois que vous le sous-nourrirez.

Ces symptômes désagréables peuvent altérer la guérison d’un trouble alimentaire car, à chaque symptôme inconfortable (comme la prise de poids ou les ballonnements), les personnes ont à nouveau recours à des comportements restrictifs, pensant qu’elles font mal les choses.

Ces symptômes de re-nutrition ne veulent pas dire que l’on fait mal quelque chose, au contraire, ils sont tout à fait normaux et montrent que les mécanismes de survie du corps fonctionnent et sont en place.

Ne cherchez pas à vous débarrasser de ces œdèmes et de cette rétention d’eau. Le corps les a mis en place ; il en a besoin.

Les œdèmes passeront. La rétention d’eau, les ballonnements et les gonflements se dissiperont. Mais pour ça, vos comportements alimentaires doivent se normaliser.

LA GUÉRISON PREND DU TEMPS. Soyez patiente.

Extraits à lire pour se rassurer

Voici des copies d’articles un peu plus scientifiques qui pourront vous aider à surmonter cette phase inconfortable et perturbante :

« La rétention d’eau (ou l’œdème qui est le terme utilisé par les médecins) est un phénomène courant et concret qui se produit durant la restriction calorique. Ce n’est pas seulement un problème vaniteux spécifique aux culturistes et aux sportifs.

La rétention d’eau est une caractéristique courante de la malnutrition ; elle peut être si intense que les gens peuvent sembler ne pas perdre de poids du tout, étant donné que des quantités importantes de fluides s’accumulent sous la peau.

La rétention d’eau peut prendre plusieurs formes, tels que des tissus remplis d’eau et gonflés ou une accumulation  de fluides dans l’estomac, les épaules, le bas du corps et entre les articulations. Vous pouvez vous en rendre compte dans le type de graisses qui semblent « molles » ou dans les marques rouges sur votre peau quand vous vous levez le matin. Vous pouvez aussi le remarquer sur vos chevilles lorsque vous enlevez vos chaussettes le soir.

Durant une famine, le manque de nutrition diminue les mécanismes de pompage à l’intérieur des cellules qui gardent l’excès de sel à l’extérieur. Les cellules se détériorent et la distinction entre l’intérieur et l’extérieur est perdue.

Dans l’Expérience de la Famine du Minnesota durant la Seconde Guerre Mondiale, les hommes soumis à un régime de semi-famine, la rétention d’eau était notable chez la plupart des hommes, et dans certains cas assez sévère.

D’après mon expérience, plus la diète sera sévère et rigide, plus un individu aura de chance de retenir de l’eau. En d’autres termes, les déficits caloriques les plus hauts résultent généralement dans des pertes de poids plus irrégulières et non-linéaires.

Un peu de cortisol est bénéfique mais trop de cortisol est très mauvais ; et des études montrent que le cortisol augmente proportionnellement au déficit calorique. Une élévation prolongée de cortisol peut entraîner une rétention d’eau massive. »

Martin Berkhan de Leangains

——

 « Quand vous vous foulez la cheville, elle gonfle et est douloureuse. Ce sont des signes de guérison. Les gonflements sont de la rétention d’eau et la douleur est la réaction des tissus à ce gonflement qui vous signale de ne plus utiliser votre cheville et de vous reposer. »

« La rétention d’eau, dans la phase de re-nutrition, est du liquide retenu dans les zones où certains déchets sont nettoyés et enlevés par toutes les fabuleuses cellules dédiées à cette tâche. Les fluides accélèrent le processus car les choses se déplacent plus vite de cette manière. Vous ne devez pas chercher à vous débarrasser de ces fluides car cela ne ferait que reporter votre guérison. »

Sources : Youreatopia

—-

« L’estomac devient plus gros proportionnellement aux autres parties du corps, ce qui va tarauder les peurs typiques des anorexiques mentales. Ces ballonnements sont attendus et souhaitables et sont causés par le ralentissement de la digestion (la nourriture peut prendre 4 ou 5 heures pour traverser l’estomac chez une personne sous-nourrie, contrairement à 1 ou 1 h 30 chez une personne saine), car le corps veux utiliser l’énergie des aliments le plus doucement possible pour ne pas en manquer. Les ballonnements et l’air, les inconforts abdominaux, les crampes d’estomac, sont le signe que l’estomac s’adapte à une plus grande quantité de nourriture et que les muscles se distendent. Éviter de consommer trop de fibres insolubles peut aider à ce moment-là. Il est important de se rappeler que toutes ces choses vont passer. »

« Une autre conséquence troublante causé par la rétention de fluides peut être un gain de poids rapide et disproportionné dans les premiers jours et premières semaines, même en ne mangeant qu’un petit peu plus que pendant la restriction. Les fluides des cellules se trouvant entre les tissus du corps et le glycogène stocké dans le foie et dans les muscles sont réapprovisionnés. »

« Durant les premières semaines et les premiers mois c’est important de ne pas vous peser car les variations de poids peuvent générer de l’anxiété et de la détresse inutile. […] Après environ 3 semaines de renutrition constante et consistante, de la graisse va commencer à se déposer en une fine couche dans tout le corps, servant d’isolation et de « rembourrage » de protection, et servant à restaurer l’équilibre hormonal. Avec le temps, le corps se débarrassera de la graisse dont il n’a plus besoin. »

« Beaucoup de ces symptômes peuvent mettre à rude épreuve les plus grosses peurs des anorexiques car ils impliquent des ballonnements et des gonflements apparents qui peuvent ressembler à des dépôts de gras. La rétention de fluides, par exemple, peut poser de gros problèmes avec des œdèmes prenant place autour des hanches et des yeux et qui donnent l’impression à la patiente de vivre un cauchemar. »

« La chose la plus importante à garder en tête est que l’inconfort que ces complications entraînent est un signe montrant à quel point ce corps affamé est endommagé. Par exemple, l’inconfort provoqué par la rétention d’eau durant le processus de re-nutrition est souvent proportionnel de l’intensité avec laquelle le corps est déshydraté, et c’est une conséquence de sa réhydratation. Il est impossible de contourner ces difficultés physiques de la même manière qu’il est impossible de contourner celles subies pendant une sous nutrition, mais la différence principale est que les premières témoignent que vous êtes sur la route de la guérison et de la santé alors que les dernières marquent seulement votre progression dans la maladie. »

Sources : Psychologytoday

Références
  1. Krahn DD, Rock C, Dechert RE, et al. Changes in resting energy expenditure and body composition in anorexia nervosa patients during refeeding. J Am Diet Assoc 1993;93(4):434.
  2. Probst M, Goris M, Vandereycken W, Van Coppenolle H. Body composition in female anorexia nervosa patients.Br J Nutr 1996;76(5):639.
  3. Dempsey DT, Crosby LO, Lusk E,et al.Total body water and total body potassium in anorexia nervosa. Am J Clin Nutr 1984;40(2):260.
  4. Forbes GB. The abdomen: hip ratio: normative data and observations on selected patients. Int J Obes 1990;14(2):149.
  5. Mayo-Smith W, Hayes CW, Biller BM, et al. Body fat distribution measured with CT: correlations in healthy subjects, patients with anorexia nervosa, and patients with Cushing syndrome. Radiology 1989; 170(2):515.
  6. Zamboni M, Armellini F, Turcato E, et al. Body fat distribution before and after weight gain in anorexia nervosa. Int J Obes Relat Metab Disord 1997;21(1):33.
  7. Orphanidou CI, McCargar LJ, Birmingham CL, et al. Changes in body composition and fat distribution after short-term weight gain in patients with anorexia nervosa. Am J Clin Nutr 1997; 65: 1034.
  8. Iketani T, Kiriike N, Nagata T, et al. Altered body fat distribution after recovery of weight in patients with anorexia nervosa. Int J Eat Disord 1999; 26(3): 275.
  9. Grinspoon S, Thomas L, Miller K, et al. Changes in regional fat distribution and the effects of estrogen during spontaneous weight gain in women with anorexia nervosa. Am J Clin Nutr 2001; 73: 865.
  10. Lapidus L, Bengtsson C, Hallstrom T, et al. Obesity, adipose tissue distribution and health in women—results from a population study in Gothenburg, Sweden. Appetite. 1989;13(1):25.
  11. Bjorntorp P. Abdominal fat distribution and the metabolic syndrome. J Cardiovasc Pharmacol 1992;20 Suppl 8:S26. Review.

Vous voulez normaliser vos comportements alimentaires ?

TÉLÉCHARGEZ MON EBOOK OFFERT !

Découvrez les 3 étapes INDISPENSABLES pour normaliser vos comportements alimentaires...

Pin It on Pinterest