5 Choses Que Les Mangeurs « Normaux » Font Différemment

24 Août 2017 | Alimentation intuitive, Boulimie-Hyperphagie, Troubles alimentaires | 14 commentaires

Si vous avez ressenti le besoin de lire cet article, vous savez probablement ce que j’entends par mangeur « normal ».

Si vous avez une relation « bizarre » avec la nourriture,

que vous comptez vos calories, que vous mangez de manière compulsive, que vous êtes constamment au régime

vous avez probablement déjà vu à l’oeuvre des mangeurs « normaux »,

et probablement déjà pensé :

 

« Bon sang, comment fait cette femme pour réussir à ne manger qu’une bouchée de Tarte Tatin et laisser le reste dans son assiette ?! »

 

ou

 

« Comment fait-elle pour manger ce qu’elle veut sans y prêter attention, alors que j’ai besoin de compter la moindre calorie et que je ne peux m’empêcher de manger la corbeille entière de pain quand je vais au restau ? »

 

Je vous comprends.

Je suis passée par là !

Et, après avoir passé plusieurs années à étudier et analyser les comportements alimentaires,

j’ai découvert les caractéristiques fondamentales de la mentalité des mangeurs « normaux », caractéristiques qu’il vous manque sans doute pour retrouver une liberté alimentaire totale.

Attachez votre ceinture.

C’est parti !

1. Les mangeurs normaux ne planifient généralement pas leur repas à l’avance.

 

Ils mangent quand ils ont faim,

ou, pour certains, quand l’heure du dîner arrive,

et ne pensent PAS à la nourriture entre temps.

Ils ne s’inquiètent pas des heures avant de rentrer à la maison de ce qu’ils vont pouvoir manger pour le dîner,

et ils ne passent pas leur temps à créer des plans alimentaires élaborés

(par exemple : « Pour les 3 prochains mois, je vais manger 150 gr de protéines maigres et 200 gr de légumes à chaque repas, avec 1 fruit à 10h et à 15h, etc. »).

2. Les mangeurs normaux ont une vie entre les repas.

 

C’est à dire qu’en plus de ne PAS planifier,

ils ne fantasment pas toute la journée sur la nourriture,

et n’imaginent pas ce qu’ils vont cuisiner,

ou le prochain régime qu’ils vont faire,

ou le poids qu’ils vont perdre,

ou le muscle qu’ils vont muscler.

Ils pensent plutôt à ce qu’ils vont pouvoir offrir à leur copine/copain pour leur anniversaire ou à comment ils vont pouvoir fêter leur promotion

– et non pas à s’ils devraient essayer ou pas de chiper un cookies dans la cuisine du boulot, car Dieu sait quand ils auront à nouveau le droit d’en manger un.

3.Les mangeurs normaux ne pensent pas qu’ils font quelque chose de «mal» quand ils mangent un aliment qui n’est sans doute pas ce qu’il y a de mieux pour eux.

 

Ce que je veux dire c’est que les mangeurs normaux n’attachent pas de jugement moral à ce qu’ils mangent.

Ils ne pensent pas que le monde entier va les juger pour avoir manger un donuts en public,

et ne mangent pas des cookies en douce en plein milieu de la nuit.

Alors qu’ils font généralement des choix sains car c’est ce qui réussit le mieux à leur corps (et donc c’est ce dont ils ont légitimement envie),

cela ne se transforme généralement PAS en frénésie alimentaire si jamais ils finissent par prendre un dessert ou une autre portion de frites car,

« Ça craint pas » comme on dit chez moi !

4. Les mangeurs normaux mangent quand ils ont faim et s’arrêtent quand ils sont pleins, et mangent généralement ce qui leur semble attirant sur le moment.

 

Etonnant n’est ce pas ?

L’objection numéro 1 que l’on me fait lorsque je parle des bénéfices d’une approche « anti-régime » est « Si je n’étais pas constamment au régime, j’aurais déjà pris une tonne de poids ! ».

Pas vraiment.

Manger comme une personne « normale » signifie que vous faites des choix alimentaires en fonction de la sagesse biologique naturelle de votre corps plutôt que de signaux externes vous donnant l’impression d’être dans une prison.

Votre corps sait exactement la quantité de nourriture dont vous avez besoin pour maintenir un poids qui est sain pour vous.

C’est la fonction biologique de la faim : nous rappeler de manger (car sinon les mangeurs « normaux » pourraient oublier…je vous assure !).

5. Les mangeurs normaux ont une variété de mécanismes de défense et se dirigent rarement vers la nourriture pour affronter les difficultés du quotidien.

 

C’est une des choses les plus importantes à comprendre à propos des mangeurs normaux,

et probablement la chose que la plupart d’entre vous pensent ne jamais réussir à faire.

Les mangeurs normaux ne se disent pas : « Si je me laisse manger ce que je veux, je vais plonger la tête la première dans la corbeille à pain sans pouvoir me relever ! »

Cela ne se produit PAS car ils ont appris à gérer les difficultés du quotidien avec des réconforts non-liés à la nourriture.

Je vous promets que cela peut s’apprendre.

Vous voulez normaliser vos comportements alimentaires ?

TÉLÉCHARGEZ MON EBOOK OFFERT !

Découvrez les 3 étapes INDISPENSABLES pour normaliser vos comportements alimentaires...

Pin It on Pinterest